Ripped%20Cardboard_edited.png

   

                                                                                        Il se défriche dans l’expérience, dénote une présence,

                                                                                    forte des gestes partagés en toute conscience, 

                       

                          LE CHEMIN 

                                                                                    du soignant au soigné. 

                                                                                        Il est balisé de silences, de souffrances, d’une allégeance 

                                                                                    à la responsabilité, à la confiance, 

                           

                         LE CHEMIN 

                                                                                    élaboré par les soignantes, les soignants, 

                                                                                    vers les soignés, corps abandonné, 

                                                                                    pas indifférencié, respecté dans son intégrité morcelée. 

 

                                                                                        Avant que la halte, désignée santé recouvrée, 

                                                                                    ne se signale horizon retrouvé, 

                           

                         LE CHEMIN 

                                                                                    sera éclairé par mains et par mots, 

                                                                                    de celles et ceux pour qui la peau 

                                                                                    de l’autre est une bible dont tous les maux, 

                                                                                    à défaut d’être connus, 

                                                                                    sont la preuve, à nu, 

                                                                                    qu’être vivant est une lutte de chaque instant. 

                                                                                         Le pouls du temps bat en nous un tempo voyageur, 

                                                                                    tantôt rageur, menaçant, 

                                                                                    tantôt bonheur, apaisant. 

                           

                         LE CHEMIN 

                                                                                    de l’un à l’autre de ces états 

                                                                                    est un engagement tenu bon, bel et bon, 

                                                                                    par des femmes, des hommes, comme vous et moi. 

                                                                                         Elles, eux, veillent sur notre corps, 

                                                                                     lui assurent un avenir 

                                                                                     le plus intègre possible. 

                                                                                         Nous, en notre âme vivante encor’, 

                                                                                    pouvons leur dire 

                                                                                    que l’allègre cible 

                                                                                    ce qui sera le premier mot de notre nouvelle vie : 

                                                                                                                                        « MERCI ! ». Et le sourire qui nous lie 

                                                                                                                                            au CHEMIN ensemble parcouru 

                                                                                                                                se grave dans une perspective découverte émue. 

                          LE CHEMIN 

                  existe : vous lui assurez à chaque instant un destin. 

                        

                          LE CHEMIN 

                                                                                      se révèle : l’éclaire notre faim 

                                                                                      d’aller et respirer librement dans son exploration. 

                                                                                                                                      Vous êtes, et protégez, notre inspiration. 

                                                                                           Allée en paix, 

                                                                                      ce CHEMIN ? 

                                                                                      Sauf, notre respect : 

                                                                                      vous nourrissez chaque grain 

                                                                                      de la vie 

                                                                                      qui nous est donnée. 

                                                                                      (« Donner » : le verbe, pas l’exploitation informatisée !) 

 

 

                                                                                                             Encore, en âme, en projet, en verbes rire et aimer : MERCI !                                                                                           Jean-Paul KARA-MITCHO